07 novembre 2011

Les mots des autres

… à défaut des miens… « (…) j'ai pensé que les mots ne frissonnent pas, eux, qu'ils ne peuvent qu'être tranchants, meurtriers, au mieux ambigus, et qu'ils ne nous donnent les êtres que lointains, ou morts. » (Richard Millet, La fiancée libanaise)  
Posté par Vertumne à 22:37 - - Commentaires [9] - Permalien [#]